favicon
L’Amérique

par François Nicoullaud

Les Etats-Unis sont un pays, mais l’Amérique c’est d’abord une idée, celle d’une terre inconnue qui devait être le Paradis tant recherché, une terre primitive, inviolée, d’espaces infinis, sur laquelle tout devenait possible, où l’on avait une chance de repartir à zéro en oubliant toutes les erreurs, toutes les blessures de la vieille Europe.

L’Amérique c’est aussi le pays de l’or dont avaient si soif les Conquistadors, ces héros tragiques, à la fois superbes et criminels, qui ont accompli la plus grande aventure humaine de tous les temps, découvrant et asservissant avec quelques poignées d’hommes des territoires plus grands que l’Europe entière.

L’Amérique est un rêve, et aussi un cauchemar, c’est la loi du Far West, du crime organisé, du capitalisme prédateur, de la vulgarité triomphante, des armes à feu dans les supermarchés, d’un nombre envahissant d’obèses, des Marines hurleurs et des drones tueurs, et c’est une usine à produire des rêves au kilomètre, avec le cinéma et les séries télévisées.

C’est le continent où l’Afrique et l’Europe se sont mélangées dans la douleur, donnant naissance à un monde musical nouveau qui est devenu le langage commun de toute la planète.

C’est le continent qui est venu à la fois sauver et punir, libérer et diriger ses vieux parents, l’Europe.

C’est le coeur de ce réseau électronique invisible qui entoure notre terre, donnant naissance à une noosphère où se  joue l’avenir du monde.

L’Amérique nous écoute tous, et nous écoutons tous l’Amérique.

L’Amérique est partout, nous sommes partout en Amérique.

François Nicoullaud